• Nos chers aînés

    Cette chanson parle de l'amour de deux vieux mariés au crépuscule de leur vie, en Provence, dans leur maison, et du temps qu'il leur reste pour s'aimer. C'est un texte que j'ai re-travaillé au stage d'écriture de Philippe Marlu en rimes alternées (sauf le refrain).

    •  Pour interprète masculin ou féminin

     

    Nos chers aînés

    On les aperçoit, loin, nos chers aînés

    Le bonheur est là, dans leurs si beaux gestes

    Les regarder, surtout pas les épier

    Apprenons d'eux le meilleur et le reste 

     

    De leur fenêtre, ils voient le monde passer

    Beaucoup de joie pour un peu de tristesse

    Les entrevoir, ne pas les déranger

    Goûter leur force, adorer leurs faiblesses

     

    Refrain :

    Nos chers aînés, nos si vieux mariés

    Ne filent pas leurs souvenirs fanés

    Nos chers aînés,  nos si tendres mariés

    Ont encore l'avenir pour s'aimer

     

    Il est devenu le maître de ses heures

    Dans la maison jaune aux senteurs lavande

    Les murs à la chaux respirent leur odeur

    Où traînent de vieux livres jaunis de George Sand

     

    C'est juste pour elle qu'il écrira cette fugue

    Chantée pour elle, le canon de l' amour

    Et dans ses yeux s'invite son refuge

    Encrée en elle, la chaleur de ses jours

     

    Refrain :

    Nos chers aînés, nos si vieux mariés

    Ne filent pas leurs souvenirs fanés

    Nos chers aînés,  nos si tendres mariés

    Ont, peut-être, l' avenir pour s'aimer

     

    Ils seront là, peut-être une dernière fois

    Comme deux santons qui ont lié leurs vies

    Il tutoient le bonheur à chaque fois

    Qu'aimante, amante, elle pose sa main sur lui 

     

    On entend encore résonner leurs pas

    Courts, usés, fatigués sur le perron

    On devine encore des je ne sais quoi

    Comme des murmures sourds et des souffles longs

     

    Refrain :

    Nos chers aînés, nos si vieux mariés

    Ne filent pas leurs souvenirs fanés

    Nos chers aînés,  nos si tendres mariés

    Ont, qui sait, l' avenir pour s'aimer

     

    Parlé : 

    Provence, au pâle soleil d'hiver ou au brûlant soleil d'été

    Nos chers aînés, eux si vieux mariés, eux, si tendres mariés

    Ont encore, toujours, sûrement, peut-être, qui sait...

    L'avenir pour s'aimer 

     

    Tous droits réservés - 07/08/2001

    Nos chers aînés

     

    Nos chers aînés


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :