• Le bateau ivre de la Vieillesse et la Maladie

    La Maladie et la Vieillesse embarquent dans un vieux rafiot sous une tempête des quatre vents. Le bateau ivre finit par s’échouer sur une plage déserte. La Maladie et la Vieillesse se rendent compte qu’elles sont seules au monde. La Vieillesse prend la parole...

     

    Le bateau ivre de la Vieillesse et la Maladie

     

    • -          Dis donc, à ton avis, laquelle de nous deux va partir en premier ?
    • -          Partir ? je ne vois pas de bateau, peste la Maladie.
    • -          En parlant de partir, je voulais dire mourir …
    • -          Mais je ne suis pas malade ! dit la Maladie en haussant les épaules. Par contre, toi, tu es vieille !
    • -          On peut dire ça, oui, ça ne me choque pas.
    • -          J’aime pas les vieux !
    • -          Pourquoi ? demande la Vieillesse en regardant la Maladie dans les yeux.
    • -          Ne me regarde pas comme ça ! Pourquoi tu me regardes comme ça ?
    • -          Et pourquoi pas ? Parce que je suis le miroir que tu refuses ?
    • -          N’importe quoi ! je ne suis pas vieille !
    • -          Ah ! bon, tu n’es pas vieille ?
    • -          Non. J’ai vécu…
    • -          Et tu as vécu longtemps ?
    • -          Oh ! oui, j’ai eu une longue vie, des enfants, des petits-enfants, et même des arrière-petits-enfants !
    • -          Ah ! c’est bien, ils doivent être fiers !
    • -          Pas du tout… Ils m’ont mise dans une grande boîte de médicaments !
    • -          C’était peut-être pour prendre soin de toi, pour te soigner ?
    • -          Mais je ne  suis pas malade !
    • -          Tu t’appelles bien La Maladie ?
    • -          Et toi, tu t’appelles bien La Vieillesse ?
    • -          Oui, mais je le reconnais, moi ! Je suis une vieille dame usée, et c’est vrai que je le prendrais bien le bateau, là, qui viendrait nous aider et nous sortir de notre île déserte.
    • -          C’est plutôt un désert de solitude… dit la Maladie.
    • -          On dit que la vieillesse est un naufrage… répond la Vieillesse. La preuve, on est là sur cette île déserte.
    • -          Parle pour toi, la Vieillesse ! Moi, j’ai envie de devenir centenaire !
    • -          Alors, prends le prochain bateau qui se présentera ! Moi, je vais m’allonger ici, le soleil chauffera ma vieille peau, ma vieille carne. Je serai bien.
    • -          Adieu la Vieillesse !
    • -          Bonne route, la Maladie, et n’oublie pas, le prochain bateau est là pour toi. Il  guidera tes pas et adoucira les dernières heures. Le mal a dit : attention à la maladie. Ne finis pas la route seule,  tu me promets ?
    •  Je n’ai de leçon à ne recevoir de personne, la Vieillesse, mais, je file… J’ai un bateau à prendre, moi !

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :