• Les artistes vivent pour leur art et leur passion. Ils se nourrissent des applaudissements et des sourires. Ils s'abreuvent de la reconnaissance et des bravos du public. S'ils ne s'expriment pas, ils flétrissent, dépérissent et meurent.
    S'ils ne transmettent pas, ne jouent pas, n' exposent pas, ne chantent pas, ne dansent pas, n'écrivent pas, ne publient pas, ils crèvent.... de tristesse, d'incompréhension, de non-reconnaissance. Au mieux ils meurent d'indifférence, au pire, d'oubli.
    L' artiste n'est pas dans le raisonnable, le politiquement correct, la pensée unique. Il suit sa propre créativité, seule ligne de conduite, loin des Panurge moutonnés. Il est libre, à part, dans l'excès de son art. Il est dans la déraison, le débordement, le sensuel, le tactile, postillonnant son talent à qui veut ou peut l'entendre. Pour qu'on l'écoute, qu'on l'aime... Un peu. Ou passionnément.
    Il se réveille la nuit pour griffonner sur un bout de papier froissé, de peur que l'aube naissante ne lui ôte ses idées au réveil sursauté.
    L'artiste est généreux, il déborde de tous sens. Il s'offre, il se donne, sans retenue ni calcul. Il hait les pisse vinaigre et les bonnets de nuit. Il aime à fuir les esprits chagrin. Il exècre les cravatés du col donneurs de leçons derrière les bureaux dorés. Il prend des risques, ose, essaye. Tombe, puis se relève.
    L' artiste donne du bonheur, de la joie, calme vos peurs, comble vos heures. Il vous fait rire, sourire, pleurer, chanter.
    Mais l' artiste doit pouvoir VIVRE de sa créativité, remplir son frigo, soigner ses enfants, prendre lui aussi du plaisir et de la détente dans des moments de loisir. Pour cela, on doit le laisser travailler, usiner sa peine sur les planches, créer, engendrer, accoucher son talent. Il doit de nouveau pouvoir pousser des portes, proposer, argumenter, se vendre. Suer, batailler pour imposer un texte, une expo, un ballet, un concert.
    Je " m'auto-autorise" à signer ce billet pour supporter tous les artistes, et plus largement les artisans et petits métiers qui en découlent et qui sont en train de crever la bouche ouverte, gosier ouvert, agonisant devant vos souliers vernis ... Monsieur le Président... Eux qui ne supportent plus qu'on les nomme les " non-essentiels" ou pire, " les inutiles " .

    Un artiste pour un sourire

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Maladie et la Vieillesse embarquent dans un vieux rafiot sous une tempête des quatre vents. Le bateau ivre finit par s’échouer sur une plage déserte. La Maladie et la Vieillesse se rendent compte qu’elles sont seules au monde. La Vieillesse prend la parole...

     

    Le bateau ivre de la Vieillesse et la Maladie

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Dialogue imaginé au Paradis des Artistes sur une année 2016 bien triste...

    Au Paradis des Artistes

    Photo-montage fait par l'artiste Christhebarker

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique